Yoneko Nurtantio

Yoneko Nurtantio

Sustainable Cities and CommunitiesResponsible Consumption

Who are you and what do you do?

Septembre 2015. L’Expo Universelle de Milan me bouleverse. Je réalise qu’aujourd’hui, sur terre, un aliment sur quatre file à la poubelle sans passer par la case estomac.

Révoltée, je décide de mettre sur pied un projet en marge de ma profession (l’évaluation de la qualité de l’enseignement supérieur). Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, j’affute ma meilleure arme : la plume (et c’est là que mes deux masters en langues et lettres viennent à la rescousse). Car j’ai pour objectif de publier et de diffuser largement un guide pratique intitulé  ‘Zéro gaspi !’ Le propos est terre à terre : j’explique au lecteur qu’en consommant mieux, il économisera sur son budget, puis je lui expose des astuces efficaces pour mettre l’idée en pratique. Qualifions la vision qui sous-tend mon projet ‘d’alignement du bien’ : mieux consommer enclencherait de façon mécanique un cercle vertueux. En optimisant nos achats et la gestion de notre frigo, nous sommes chacun en mesure d’influencer puissamment d’autres aspects de nos vies : renforcer notre bien-être physique et mental, et disposer de plus de temps et de moyens. Mieux consommer est présenté comme le premier pas pour améliorer sa propre qualité de vie. L’objectif de mon projet est d’amener le grand public à poser ce pas. Pour maximiser le succès de cette entreprise, j’ai décidé de lancer dans les semaines qui viennent mon propre site web (en préparation depuis près d’un an).

What competences would make you a good Generation T?

Mon investissement en faveur d’une consommation durable n’est pas lié à ma profession. Si j’ai décidé de m’engager, c’est avant tout en qualité de citoyenne indignée.

L’approche que je propose est novatrice en ce qu’elle se revendique ouvertement utilitariste. Ce qui la rend apte à toucher un public peu sensible à l’écologie. Je ne pars pas d’une idée globale (ex. il faut diminuer l’émission de gaz à effets de serre donc nous devons prendre nos vélos), mais d’une préoccupation égocentrique (ex. je veux dépenser moins en diesel donc je prends mon vélo).

En rejoignant le mouvement Generation T, mon objectif est de co-construire ce projet et échanger des idées avec des partenaires qui s’engagent en vue d’un nouveau mode de consommation. À titre personnel, je puise une inspiration quotidienne dans mon arrière-plan multiculturel et dans les nombreux voyages que j’effectue à travers le monde. Je m’exprime avec aisance dans plusieurs langues (néerlandais, anglais, etc.) et ma capacité à communiquer avec des personnes issues d’horizons variés me dote à la fois d’une meilleure compréhension de l’autre et d’une plus forte faculté de leadership : après mes expériences de cheffe scoute et de représentante de la Belgique à la conférence étudiante internationale UNICA, je continue de me former notamment via l’organisation féminine Leadarise.

Give specific example(s) on how your projects or activities make a difference and initiate change.

Dans mon activité professionnelle, j’œuvre pour le SDG ‘Accès à une éducation de qualité’. Depuis près de deux ans, je travaille en effet pour l’Agence pour l’évaluation de la qualité de l’enseignement supérieur (AEQES), qui propose des recommandations d’amélioration au niveau de la FWB. Plus jeune, je me suis fort impliquée pour le SDG ‘Consommation durable’ en réorganisant au sein de mon école secondaire le fonctionnement du magasin Oxfam. C’est sur ce même SDG que je reviens aujourd’hui. L’objectif de  ‘Zéro gaspi !’ est d’inciter le grand public à adopter des réflexes sains d'un point de vue à la fois écologique et économique. Il s'organise autour de trois axes principaux, à savoir : comment acheter, gérer et cuisiner. L’originalité de ce guide réside dans l’angle d’approche utilisé. Je pars du principe qu’une communication est réussie lorsqu’on parvient à adopter le point de vue du récepteur. Or, le lecteur que je vise n’est pas tant un écologiste engagé qu’un consommateur soucieux de son portefeuille (ex. la question du gaspillage est abordée sous l’angle des pertes financières qu'induit ce comportement pour le lecteur). L’argument économique précède la préoccupation écologique, pour toucher un public moins sensible aux questions de durabilité.

Who inspired you? What made you first passionate about sustainability?

L’EXPO Milan 2015

Ma mamy des Ardennes et ma mamy de Jakarta, qui partagent un point commun : elles tendent à 100% vers l'objectif "zéro gaspillage".